Lettre d’information numéro 3: Dans le sillage du Chemin de l’Eau d’Heure

Permettez en cette fin d’été de faire le point sur le parcours didactique « Le Chemin de l’Eau d’Heure ». Sur plusieurs mois, nous avons été actifs dans la valorisation et la concrétisation de ce projet.

D’une façon générale, et vous pouvez en remarquer la substance, je vous invite à prendre connaissance sur le site des actions concrètes réalisées. Voyez [« histoire d´un ruisseau »->http://lechemindeleaudheure.be/?Histoire-d-un-ruisseau&id_rubrique=24], voyez les galeries réalisées dans le cadre du [ Plan Communal de Développement de la Nature de Charleroi et sa signature->http://lechemindeleaudheure.be/?Signature-de-la-charte-du-Plan&id_rubrique=17], dans le cadre de l’année [« Wallonie des saveurs »->http://lechemindeleaudheure.be/?Le-Chemin-de-l-Eau-d-Heure,111&id_rubrique=17] en collaboration avec [la Maison du Tourisme Val de Sambre et Thudinie->http://www.visitthudinie.be/] et la galerie des [Journées Wallonnes de l´Eau de mars 2012->http://lechemindeleaudheure.be/?Journees-Wallonnes-de-l-Eau-2012,98&id_rubrique=17].

Une synthèse du Chemin de l’Eau d’Heure peut être amorcée avec [le sentier de l´Eure->http://lechemindeleaudheure.be/?Le-sentier-de-l-Eure-Pas-a-pas&id_rubrique=24] (précisons de nouveau l’étymologie du nom « Eau d’Heure » afin de bien comprendre notre propos. Son origine vient du nom « Ur » au Xème siècle qui dérive de « Ura ». En rapprochant l’origine celtique de ura au latin « or,ori », il prend la signification de source. En 1383, « Ur » devient « Eur » et par la suite « Eure » et puis « Eau d’Heure » car selon la légende populaire une forte pluie suffit pour qu’elle déborde en une heure). Vous pouvez parcourir cette rubrique sur notre site.

Afin de proposer une réflexion générale sur l’ensemble du bassin versant, différentes rencontres eurent lieu afin d’aboutir au projet de Parc Naturel dans la région. Ce type d’outil permet effectivement de travailler transversalement dans les différentes disciplines de l’organisation de la vie. La réalisation de ce type de prospectives est à l’initiative des entités communales. L’ASBL « Le Chemin d’un village » ne peut que soutenir et être éventuellement l’aiguillon qui peut amorcer ce vaste projet.

Néanmoins, l’ASBL « Le Chemin d’un Village » doit rester attentive à la mise sur pied d’un outil pédagogique qui se révèle par l’adéquation du cheminement au travers de sentiers contigus du parcours de la source de l’Eau d’Heure à son embouchure. La réalisation de différents sentiers à thèmes peut soutenir la démarche, c’est ce que nous nous efforçons de faire. C’est au travers de ces différents sentiers que l’on peut rejoindre toute la filiation nécessaire de l’homme à l’eau. Sans elle, la vie ne serait pas possible: l’eau est un vecteur important de conscience de la dimension de la vie sur terre, et quelque part, le chemin de l’eau et le chemin de la vie humaine sont étroitement liés. En reconnaître les contours précise cette intériorité vitale.

Sur le bassin versant de l’Eau d’Heure, le monde rural et le monde urbain s’appliquent à cette réalité. Dans le cadre du [Contrat de Rivière Sambre et Affluents->http://www.crsambre.be/], le groupe Eau d’Heure y travaille particulièrement.

Lors de différents contacts, je dois féliciter la qualité de différentes rencontres que nous avons eu l’honneur de partager. Je tiens tout particulièrement à remercier Madame Poulin Bourgmestre de Walcourt qui prépare le terrain d’un futur Parc Naturel, l’honnêteté et la clairvoyance de Madame Cabaraux responsable aux Lacs de l’Eau d’Heure, la franchise de Monsieur Bombled Bourgmestre de Cerfontaine, l’accueil positif d’un Parc Naturel en amont de l’Eau d’Heure avec Monsieur De Cuir Bourgmestre de Froidchapelle, la pertinence et l’enthousiasme de Monsieur Frédéric De Bon Echevin à Montigny-le-Tilleul, et pour terminer remercier Monsieur Cyprien Devilers Echevin de l’environnement de la ville de Charleroi pour sa prise de conscience de l’importance de la réalisation d’un cheminement le long de l’Eau d’Heure afin de rencontrer la dynamique « Fil vert-Fil bleu » et d’enclencher le processus transcommunal du développement humain et de la nature.

Je dois reconnaître que dans mes différents contacts, je reste convaincu que la capacité de construire les choses ensemble est le moteur d’un environnement de qualité et de bien être.

Il reste bien sûr à préciser les différents enjeux qui nous tiennent à coeur, ils sont reflétés dans les documents réalisés. Je me permets d’en souligner quelque uns.

L’importance de la mobilité dans la vallée de l’Eau d’Heure. Il n’est certainement pas nécessaire d’aller partout, il est important d’avoir l’intelligence de permettre la circulation des espèces sauvages, et donc d’avoir réellement un programme sur la mobilité dans la vallée. Et par définition, puisque celle-ci est un triangle d’or, plus on s’approche de son sommet c’est-à-dire à son embouchure, plus il est important d’être capable de concevoir l’espace vital pour le développement de la vie.

Un deuxième point important est certainement un projet culturel pour la région car, de fait, de grandes infrastructures ont été réalisées pour soutenir le débit de la Sambre et apporter en Entre Sambre et Meuse une vitalité capable d’animer des notions d’appartenance à un terroir et d’identité villageoise.

La beauté de ce triangle d’or, c’est que le terroir minier nous a donné les gueules noires et le travail de la terre, des paysans amoureux du grain qui lève. C’est en ce sens que le respect doit s’articuler par une compréhension de notre développement: la Sambre et l’Eau d’Heure sont intimement liées. L’embouchure est la clé du système de clairvoyance et nous prépare aux comportements nécessaires à notre évolution.

De cette réalité doit absolument émerger un esprit capable d’humanité et de transcender le devenir de l’homme dans un projet commun. La nature est certainement une source importante. Le travail réalisé durement par les anciens doit être une mémoire vivante et la création, sous-tendue par un effet d’osmose entre ces deux éléments, être le fer de lance d’une nouvelle communication de l’Eau d’Heure dans la région.

L’Eau d’Heure n’est pas qu’un simple bassin versant, elle est la condition humaine de notre environnement. C’est ce que je ressens et ce que je voulais vous faire partager en cette fin d’été.

N’hésitez-pas à me rejoindre à un moment ou à un autre, vous pouvez me contacter à votre meilleure convenance et suivre notre page Facebook (Le Chemin d’un Village-Regards) crée pour faire circuler l’information et communiquer.

Nous continuons bien sûr à travailler sur les documents qui étoffent la réflexion sur les différents sentiers.

Merci de me faire part de vos sentiments.

Je demande aux personnes qui nous aident au quotidien, si elles n’ont pas été citées dans cet article, de ne pas m’en vouloir et qu’elles sachent que j’essaie de n’oublier personne dans cette contribution d’êtres humains.

Philippe Michaux

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *